1-877-ALGAE4U
(905)918-0165

Contactez-nous

LA CHLORELLE ET LE CANCER


En 1900, seulement 1 personne sur 30 mourait du cancer! Depuis lors jusqu'à aujourd'hui, les facteurs de base et les critères de santé ont malheureusement rigoureusement changé, et de plus en plus de personnes souffrent de cancer. L'exposition aux agents toxiques de l'alimentation, de l'eau et de l'air a exponentiellement augmenté et est présente dans notre biologie quotidienne.

Les thérapeutes conviennent généralement que le cancer est le résultat d'une combinaison de malnutrition et de pollution interne des cellules qui se propagent dans le corps entier. Plutôt que de traiter la manifestation tumorale de façon locale (et alors que les dommages ont déjà atteint un stade avancé), c'est l'organisme en entier qui devrait être nutritionnellement traité et désintoxiqué, pour contrecarrer le cancer de manière permanente.

La détérioration de la fonction immunitaire, permettant la prolifération progressive des cellules cancéreuses, peut initialement être déclenchée à cause d'allergènes alimentaires ou atmosphériques, ou à cause de mauvais choix alimentaires. Elle peut provenir de métaux lourds, d'agents viraux ou de champignons, du chlore, de la nicotine ou d'autres toxines chimiques, de rayons X, d'éléments radioactifs et électromagnétiques, du stress, d'attitudes négatives, ou de n'importe quelle autre influence qui nuit au système immunitaire au delà de ses capacités à y répondre.

La plupart des thérapeutes conviennent également que n'importe quelle influence entravant la capacité fonctionnelle du foie augmente les risques de cancer. Lorsque le foie ne parvient pas à filtrer tous les matériaux toxiques qui lui sont apportés, ceux-ci sont acheminés, puis stockés dans le système immunitaire, détruisant sa capacité à traiter des influences encore plus toxiques. Le cancer représente la forme la plus extrême de l'effondrement nutritionnel. Il se développe lorsque la consommation d'oxygène est compromise et que les globules rouges sont détruits (15).

immune_system strengthening
De nombreuses études ont indiqué que la chlorelle accroît le potentiel immunostimulant (dans la section Recherches et Observations ), en favorisant les productions de macrophages, d'interféron, des cellules T et B. Cette action est génératrice d'activités anti-tumorales, anti-bactériennes et antivirales.

Les lymphocytes-T exercent une action contre les cellules infectées par des virus ou par le cancer, au sein des tissus de l'organisme.
Les monocytes B combattent l'invasion des bactéries, des produits chimiques et des substances étrangères.
La stimulation des macrophages augmente la destruction des cellules cancéreuses, et de celles présentant des signes anormaux de transformation.

Cette propriété d'immunostimulation est capitale, compte tenu du nombre limité de macrophages dans l'organisme, et permet la suppression des substances contaminantes du sang. Cette stimulation montrerait non seulement la capacité de la chlorelle à prévenir le cancer ou la précancérose des tissus, mais également des maladies associées aux infections virales.

Les rapports scientifiques rapportent que la chlorelle a accrue le nombre de macrophages de manière significative chez des souris porteuses de tumeur - produisant un effet antitumoral et une prolongation de la vie des rongeurs (6).
L'interféron est une sécrétion naturelle du corps qui stimulerait les macrophages physiologiquement.
Les patients du cancer ont souvent des taux diminués de leurs cellules de protection et des niveaux augmentés de leurs cellules de suppression. Des doses élevées de chlorelle pendant six semaines ont démontré inverser ces taux chez quelques patients, accompagnés par une diminution de leurs cellules destructrices et une augmentation de leur cellules de protection (2).

Nous savons également que la chlorelle contient haute source de chlorophylle. La chlorophylle assiste à la prévention de la diffusion du cancer en augmentant l'apport d'oxygène, et donc en favorisant la reproduction des cellules. En raison des similitudes entre la taille des cellules de la chlorelle et de nos globules rouges, et entre les caractéristiques de la chlorophylle et de notre hémoglobine, la chlorelle a démontré tonifier le sang en observation clinique, ce qui lui a valu le surnom de " sang végétal ".

La chlorelle peut renforcer la fonction du foie et augmenter la capacité de suppression des fongus, des bactéries et des poisons du sang. Les propriétés de désintoxication sont, bien sûr, capitales dans un programme anti-cancer. En raison de son profil alimentaire complet la chlorelle peut également fournir le support nutritionnel essentiel qui empêcherait et inhiberait la diffusion du cancer. Des milliers d'articles ont indiqué les effets de la vitamine A et de la béta carotène sur le système immunitaire et sur la prévention et le traitement du cancer. Ils ont prouvé que les gens consommant une quantité importante de légumes verts et jaunes sont moins touchés par le cancer grâce à un complément supérieur en vitamine A. En outre, lorsque des doses élevées de vitamine A sont combinées, comme adjonction, à la radiologie dans le traitement du cancer, les traitements de radiation ont pu être réduits à 50% et les patients ont pu tolérer de plus grandes doses de radiation tout en ayant moins d'effets secondaires (5).

Le béta carotène a également été utilisée pour détruire les cellules cancéreuses et pour stimuler la production de macrophages et de celle des cellules T de protection, l'interleukine I. Le béta carotène travaille synergiquement avec la vitamine E, autre antioxydant, pour réprimer le cancer dans ses phases initiales.
Les extraits d'algues ont été également étudiés et se sont avérés plus efficaces que le béta carotène seul, conduisant le groupe de Harvard à spéculer de la présence d'autres facteurs contenus dans les algues qui leur procureraient plus d'activités antitumorales que ne l'expliquerait le contenu seul de béta carotène (9) (2).

La chlorelle stimulerait les défenses immunitaires du corps de sorte qu'il dispose de plus de munitions pour combattre le cancer efficacement. Cependant la chlorelle ne constitue pas un traitement anticancéreux en soi, mais constituerait plutôt l'adjunction naturelle, efficace et sans danger, ajoutant à l'efficacité de traitements conventionnels de la prévention ou du traitement du cancer.

Les études ont indiqué qu'en tant que "modificateur de réponse biologique", la chlorelle peut apporter des bienfaits à la santé, critiques aux personnes affaiblies par la maladie, par de sévères traitements et par un système immunitaire appauvri; contribuant à améliorer leur santé et leur qualité de vie, sans interférer avec l'efficacité des thérapies conventionnelles, et peut-être réduisant la possibilité de nouvelles infections virales, non détruites par la chirurgie ou la chimiothérapie.

Une consommation d'extrait de chlorelle et de chlorelle allant de 20 jusqu'à 30 grammes par jour ont été reporté dans le cas de personnes atteintes de cancer. Cependant un médecin orienté nutritionnellement devrait être consulté, afin de surveiller les doses et les applications spécifiques de la chlorelle.

Plan du site | Conditions Générales De Ventes | Sécurité | Contactez Nous

Copyright© 2002-2015 BioChlorella.com. Tous droits réservés.